Découvrir Tostat


TOSTAT

Tostat est un petit village français situé dans le département des Hautes-Pyrénées et la région de l'Occitanie (anciennement région Midi-Pyrénées). La commune s'étend sur 6,3 km 2 et compte 543 habitants depuis le dernier recensement de la population datant de 2006. Avec une densité de 86,6 habitants par km2, Tostat a connu une nette hausse de 28,4% de sa population par rapport à 1999.Entouré par les communes de Marcac, Villenave-près-Marsac, Ugnouas, Escondeaux, Castera-Lou, Dours et Sarniguet, Tostat est situé à 11 kms au nord de Tarbes, chef-lieu du département des Hautes-Pyrénées

Situé à 245 mètres d'altitude, l’Adour traverse la commune du sud au nord en partie ouest. Le ruisseau du Bois arrose la commune du sud au nord en son centre. L’Aule, un affluent gauche de l'Estéous, traverse la commune du sud au nord et forme la limite est avec les communes d'Escondeaux et Dours.

Le maire de Tostat se nomme Monsieur Bruno MORA (mandat 2020-2026). La commune de Tostat fait partie de la Communauté de communes Adour Madiran.

Dénominations historiques

  • Tostad (1 285, montre Bigorre)
  • De Tostato, latin (1313, Debita regi Navarre , 1 379, procuration Tarbes)
  • Tostat (1429, censier de Bigorre)
  • Toustat (1 760, Larcher, pouillé de Tarbes ; 1768, Duco)
  • Tostat (fin XVIII e siècle, carte de Cassini)
Nom occitan : Tostat.

Localisation

Commune du piémont pyrénéen située en Bigorre, dans l'aire urbaine de Tarbes, dans le Pays du Val d’Adour. Au Nord de Tarbes

 

Le Château

Au Moyen Age, Tostat est l'un des domaines du seigneur de Bazillac. Le vieux logis est bâti au 16e siècle ; fort de briques carré entouré de fossés.

Après la paix établie par Henri IV, les Bazillac s'établissent à Versailles ou Paris et l'édifice, abandonné, tombe en ruines.

En 1760, un marquis de Bazillac fait combler le fossé côté Est et construire, de 1770 à 1785, un château de résidence. La Révolution laisse la décoration intérieure inachevée. A son retour, celle-ci est terminée.

Le château du 18e siècle, construit sur un plan rectangulaire, a conservé sur l'arrière (côté ouest) la "basse-cour" de l'ancien logis ainsi que des pans de muraille, une échauguette, et se trouve ceinturé de douves sur trois côtés. La façade principale, en briques, est accessible par une vaste esplanade. Les chainages de briques soulignent un avant-corps central surmonté d'un fronton curviligne avec traces de bas-reliefs, ainsi que deux éléments latéraux se détachant au niveau de la toiture par une coiffure pyramidale autonome. L'intérieur présente une abondante décoration caractéristique de la seconde moitié du 18e siècle.

En leur mémoire

Le Monument aux morts

A Tostat, la statue du monument aux morts représente un modèle très prisé, le "Poilu au repos". Cette œuvre de série est sans aucun doute la sculpture d'édition ayant connu la plus grande diffusion, avec en estimation au moins 900 exemplaires recensés en France. Commentaire descriptif : situé sur un soubassement en béton armé, le monument aux morts est en marbre gris veiné de blanc et composé d'une marche surmontée d'un socle, d'un fût puis d'une corniche et d'une base sur laquelle repose une statue en fonte de fer. A sa création, de chaque côté du fût, se trouve une couronne mortuaire métallique ornée de fleurs en céramique ; le monument est entouré d'une grille en fer de couleur grise, équipée en façade d'un portillon.

La statue représente un "Poilu au repos" : combattant en pied, les mains jointes sur le canon de son fusil dont la crosse repose au sol. C’est un homme jeune aux traits paisibles, semblant presque souriant ou empreint de tristesse selon l’orientation et l’éclairage, moustachu, casqué, chaussé, portant les bandes molletières et l'uniforme réglementaire (annexe 2), équipé d'un fusil, de cartouchières passées au ceinturon, d'un sac en bandoulière porté sur le côté gauche, d'une gourde sur le côté droit. Il est décoré de la croix de guerre (instituée par le décret du 23 avril 1915) avec une palme sur le ruban, portée sur la gauche de sa poitrine.

Matériaux

Nature du monument : stèle surmontée d’une statue de "Poilu au repos".

Matériaux et mise en œuvre : marbre, béton armé, fonte, fer.

Technique du décor : fonderie.

Commentaires

Lors du déplacement du monument aux morts, la grille l'entourant sera supprimée ainsi que les deux couronnes mortuaires. A l'intérieur de l'église, une plaque en bois avec photosrend hommage à cinq des six morts de la guerre 14-18 de la commune.

Le sentier de l'Adour

Ce sentier de découverte accessible aux piétons, cavaliers et vététistes, long de 80 km entre Bazet-Arensan (limite Grand Tarbes) et Barcelonne-du-Gers (à 2 km d’Aire-sur-l’Adour), initié par le Pays du Val d’Adour et confié au syndicat Mixte de Gestion Adour et Affluents, parcourt berges, chemins ruraux et petites routes dans un esprit de valorisation de l’eau et du tourisme vert.

C’est en le fréquentant que les utilisateurs se sensibiliseront aux enjeux environnementaux et auront une meilleure perception des usages de l’eau. L’eau pour la salubrité, pour la vie sauvage, pour les activités économiques, sportives et ludiques.

Bref, un sentier de découverte qui enseigne la tolérance et la compréhension.

sentier-de-ladour-logo

Le Tostadium

A l’initiative d'un élu et d'un passionné fédérateur de talents, s'est retrouvée autour d'un projet une équipe de bénévoles. Cette réalisation, née et sortie de terre par la volonté, l'enthousiasme et le dynamisme d'un petit groupe, sans aucune aide publique, hormis la mise à disposition d'un espace municipal, fait partie des créations humaines qui contribuent à donner de l'espoir aux jeunes générations.

La mise à disposition d'un ancien terrain de sport par la municipalité de Tostat (devenu zone désaffectée "squattée" à des périodes régulières) a déclenché un élan d'énergie gigantesque. Toute une équipe s'est retrouvée derrière son leader et double champion du monde de cyclo-cross Alain Guinle, Tostatais et président de l'Ufolep 65, pour créer ce lieu UNIQUE en France : le TOSTADIUM.